Article demandé par Quentin : la résilience. Voici une qualité très importante dans votre cheminement personnel parce que vous allez souvent tomber et il vous faut apprendre à vous relever de vos échecs.

 

Comment définir la résilience ?

 

La résilience vient du latin du verbe latin resilio, ire, littéralement « sauter en arrière », d’où « rebondir, résister ». Ce terme est d’abord utilisé en physique pour désigner la capacité d’un matériau à revenir à sa forme initiale après avoir subi un choc.

Introduit par John Bowlby et la théorie de l’attachement, c’est le psychanalyste Boris Cyrulnik qui l’a popularisé à ses travers ses ouvrages comme Des vilains petits canards. Boris Cyrulnik a vécu la Seconde guerre mondiale et il s’est servi de son vécu pour construire ce concept de résilience pour signifier un phénomène consistant à pouvoir revenir d’un état de stress post-traumatique.

Je n’entrerai pas dans des explications psychanalytiques parce que j’utilise un processus que je vous partage après. Mais pour vous donner une image de la résilience, je prends souvent l’exemple du ballon de basket.

Imaginez ce ballon de rebondir. Il tombe sur le sol puis il rebondit. Et il peut encore retomber et ainsi de suite. La vie n’est pas fait d’évènements positifs ou négatifs, vous suivez la voie de l’équilibre. Et comme l’explique le Tao, après une apogée vient le déclin et après ce déclin, une remontée etc…

 

Comment utiliser la résilience au quotidien ?

 

Je ne peux pas parler de résilience sans omettre de vous parler de . Pour ceux qui n’auraient pas encore lu l’article sur la persévérance, je vous conseille de le lire pour comprendre la suite. La résilience est avant tout un état d’esprit dans lequel vous êtes prêt à affronter vos échecs et vos peurs.

Je vous présente maintenant le processus que j’utilise pour me relever d’un échec et  je ne sais pas s’il est universel. Tout ce que je peux vous affirmer, c’est que ça a fonctionné pour moi et les proches à qui je l’ai conseillé :

  • Avoir confiance en soi
  • Nettoyer et ressentir la gratitude (j’expliquerai prochainement ces notions)
  • Me rappeler que j’ai déjà vécu l’échec et que je m’en suis sorti, notamment par la visualisation
  • Et après j’effectue un constat de mon échec : en analysant ce qui n’a pas fonctionné dans la réalisation de mon objectif.

Vous avez remarqué que je ne fais mon constat d’échec qu’après avoir changé mon écosystème émotionnelle. Pourquoi ? Parce que constater que j’ai échoué alors que je suis dans une émotion de dépréciation et de tristesse ne mène qu’a des actions qui m’apporteraient…de la dépréciation et de la tristesse.

Je vous l’annonce tout de suite : entrer dans un tel processus prend du temps. Et vous devez admettre qu’il vous faut passer du temps à travailler sur vous pour changer. Le ballon de basket a besoin d’air pour rebondir. Pour rebondir après un traumatisme, l’air du ballon c’est ici les émotions dynamisantes que vous allez semer pour remonter la pente.

 

Que faire maintenant ?

 

Si vous vivez une situation d’échec et que vous souhaitez rebondir, prenez un ballon de basket et allez shooter quelques paniers. Vous pensez que je me fous de votre gueule ?

Si vous ne voulez pas faire du basket, allez faire du sport. Parce que changer votre physiologie actuelle en allant faire du sport change vos émotions. La PNL le sait depuis longtemps : votre état interne influence votre physiologie et votre physiologie influence votre état interne.