Dans le précèdent article, je vous expliquais comment obtenir plus de confiance en soi à travers 7 règles que j’applique moi même lorsque je fais face aux prises de sang. Et bien cette semaine, je me suis attaqué à la pose d’un cathéter, la pose d’une sonde vésicale et d’un sondage aller/retour ou hétéro sondage.

 

Actes infirmiers auxquels je dus me confronter puisque ce sera un jour mon futur quotidien. Alors j’applique mes 7 règles, je fonce…Mais je me loupe une fois, deux fois, trois fois. Et rapidement, il y a quand même une baisse de motivation. Parce que face à l’échec, nous sommes tous égaux.

 

Comment rester motivé alors qu’on est considéré comme de la merde, qu’on sait à quelle heure on embauche mais jamais à quelle heure on débauche et qu’on est stagiaire ?

 

Cela nous fait chier de tomber. Mais pourtant j’ai quand même continué malgré ces échecs, parce que je n’ai pas envie de laisser tomber. Grace à quoi ??

 

La passion pour ce que vous entreprenez que j’associe avec la persévérance

 

Je suis passionné par mes études et le futur métier que j’ai souhaité avoir. Si je n’étais pas passionné pour soulager la douleur des patients par les actes infirmiers et les écouter, par ce monde professionnel où la décadence d’un système hospitalier qui se rapproche de l’entreprise cotoie la passion et l’envie des autres professionnels de santé de faire ce métier, je n’écrirais pas ce blog.
Quelque soit votre métier ou vos hobbies, à partir où vous êtes passionné, plus rien ne vous arrête. Le temps ne compte plus, vous dépensez énormes d’efforts pour assouvir vos passions, parfois vous atteignez l’état de Flow (concept mis en avant par Mihaly Csikszentmihalyi) où vous êtes plus productif qu’à l’habitude.
Je suis un passionné par tout ce que j’entreprends : mes études d’infirmier, le blogging, la musique, les lectures de livres en développement personnel. Quelque soit l’activité, souvent j’ai pas envie de continuer, je veux m’arreter parce que cela prend du temps de s’occuper d’un blog, de concilier la vie d’un étudiant infirmier en stage avec la vie d’un jeune blogueur. Mais je continue parce que j’aime ça et que je ne peux pas choisir entre mes 2 passions.

 

Sans transition

 

J’ai quelques chroniques de livres qui n’attendent que d’être publiés. Mais j’ai souvent la flemme de les retaper au pc parce que ce sont des notes que j’ai prise à la main. Alors je décide de m’engager publiquement à écrire ces chroniques et je ne publierais pas d’autres articles tant que je n’aurai pas fini de les écrire. C’est un bon moyen de donner un bon coup de pied à ma matrice procrastinatrice.

Edit du 25 Octobre 2011 :

J’ai également des situations d’analyse de pratique et de situation à écrire et une démarche de soins en plus à travailler mais je n’arrive pas à m’y mettre depuis des semaines. C’est décidé : je ne publie pas d’articles tant que je n’aurai pas bouclé tous ces objectifs. Ca veut dire que je vais laisser le blog de coté quelques temps, mais que je suis toujours présent pour répondre a vos questions dans les commentaires ou par mail.

Si vous avez aimé cet article, merci de le faire tourner sur tous les réseaux sociaux
0saves
Si vous avez aimez cette article, laissez un commentaire ou souscrivez au flux RSS feedpour recevoir les nouveaux articles parus

2 réponses à Comment remonter la pente après un échec ? La réponse dans cet article…

  • Bravo pour ton engagement Pascal!

    Ce que tu décris ici en terme de motivation et de passion existe bel et bien grâce à un élément qui se dégage de tes écrits. Cet élément c’est le SENS que tu donnes à tout ce que tu fais. Le « POUR QUOI » tu te lèves tous les matins.

    Dans la pyramide de Dilts que tu dois connaître, la « mission » que l’on se donne dépasse largement le périmètre de notre petite personne. Elle s’inscrit dans un champs où nous cultivons un sentiment d’appartenance à ce qui nous entoure.

    S’il y a bien un manque dans bon nombre de professions et particulièrement chez les infirmières c’est la perte de sens qu’elles éprouvent quand elles poussent la porte de leur service. Les causes en sont bien sûr multiples et complexes, et en même temps, il y a parfois de toutes petites choses qui peuvent en changer de bien plus grandes.

    Encore félicitation pour ce que tu apportes dans les services de soin. J’espère que tu auras du succès dans tes stages, MSP et modules à l’école.

    • Pascal dit :

      Je te remercie sincèrement Christophe pour ton commentaire.

      Je trouve qu’il existe un manque d’envie, de passion chez beaucoup de personnes que j’ai rencontré professionnellement ou en privée. Cette question que tu soulignes « Quelle est ma mission sur cette Terre ? » est très importante ; quand j’ai commencé à répondre à ces questions, beaucoup de choses se sont éclaircies sur ce que je voulais réaliser dans ma vie et me concentrer sur mes rêves et pas autre chose

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

CommentLuv badge